samedi 15 décembre 2007

Tintin toujours lu dans le monde arabe, mais plus en arabe


Quatre albums de Tintin ont pour cadre le monde arabe, saisi au milieu du XXème siècle: "Les Cigares du Pharaon", "Le Crabe aux pinces d'Or", "Au pays de l'or noir" et "Coke en Stock".
"C'est extraordinaire que Tintin soit venu autant nous visiter et garde autant d'amis", affirme l'universitaire tunisien Issam Marzouki, en marge du congrès au Caire des professeurs de français dans le monde arabe.
"Lire Tintin quand j'étais gosse, c'était se voir dans un miroir merveilleux mais déformant", dit ce tintinologue aussi passionné que raisonné pour qui "le regard d'Hergé sur les Arabes n'a fait qu'évoluer, s'ouvrir aux autres".
Pour cause de divorce entre l'éditeur belge Casterman et la maison égyptienne Dar al-Maaref, qui en détenait les droits depuis trente ans, Tintin est sorti des bacs des BD en arabe, ne se trouvant qu'en français ou anglais.
"C'est si regrettable d'être absent en arabe quand on pense qu'il y a 80 traductions de Tintin à travers le monde", relève Willy Fadeur, directeur des éditions internationales de Casterman, joint par téléphone à Bruxelles.
Pour M. Fadeur, "nous ne pouvions continuer avec une édition d'aussi médiocre qualité où alternaient des planches en couleur et en noir et blanc".
Sollicité, l'éditeur égyptien a refusé de répondre.
Mais en cette année-centenaire de la naissance d'Hergé, Tintin n'a pas cessé d'être lu dans le monde arabe, semblant même échapper aux rituelles accusations de racisme ou de colonialisme brandies en Europe ou en Afrique.
"Des clichés et des stéréotypes, oui, mais rien de blessant, et Hergé a soigné au fil des albums sa représentation de l'Arabe... et de la langue arabe écrite et parlée", dit M. Marzouki. "
L'aventure, Tintin et Milou vont toujours la trouver dans des déserts exotiques, avec Bédouins colériques, oasis ou mirages qui vaudront au capitaine Haddock ou aux Dupondt de cuisantes mésaventures.
Tintin inaugure en 1934 par "Les Cigares du Pharaon" sa série arabe.
Dans "Le Crabe aux pinces d'Or", publié en 1941, il filera jusqu'au Maroc sous protectorat français démasquer des trafiquants de drogue, et retournera en Arabie dans "Au pays de l'Or noir", un de ses albums les plus remaniés.

3 commentaires:

Castafiore a dit…

j'ai toujours pensé que c'était frustrant de ne pas trouver "arabe" dans la liste des langues dans lesquelles Tintin était disponible (premières pages de chaque épisode). mais heureusement que ça ne nous a pas empêchés d'apprécier,en français,ses épisodes. Et je ne sais pas ce que ça aurait donné,en arabe. Mais personnellement,même les clichés sur les arabes (comme sur les portugais,les Africains,les chinois,etc.) me sont agréables!car pris au second degré,bien évidemment.

أنيس a dit…

l'édition arabe existe bel et bien et est publiée aux....états-unis
(je l'ai acheté complète +-70$)
il suffit de chercher un peu sur ebay

Wajdi a dit…

Oui la version arabe existe mais justement Hergé ne veut plus avoir affaire avec la maison d'édition égyptienne.(cf article)