jeudi 17 avril 2008

A Découvrir Whatever Lola Wants .... Trés beau Film(Extraits)


Whatever Lola Wants
2008
de Nabil Ayouch
avec Laura Ramsey, Assaad Bouab
Lola, 25 ans, vit à New York où elle travaille pour la Poste en rêvant d'une carrière de danseuse. Youssef, son meilleur ami, est un jeune Egyptien gay installé à New York pour y vivre comme il l'entend. C'est par lui que Lola découvre l'histoire d'Ismahan, star de la danse orientale, véritable légende au Caire.
Dans le restaurant où Youssef travaille, Lola rencontre un autre Egyptien, Zack. L'idylle tourne rapidement court quand Zack prend conscience des différences culturelles qui les séparent et rentre en Egypte. Sans réfléchir, Lola, aussi impulsive que naïve, décide immédiatement de le suivre, sous les yeux effarés de Youssef.
Arrivée au Caire, déçue par l'accueil de la famille de Zack autant que par l'attitude du jeune homme, Lola se met en tête de retrouver la fascinante danseuse Ismahan.
Pour visiter le site du film cliquez ici
On retrouve dans les acteurs Hichem Rostom et Hind Sabri et la musique du film est signé Natsaha Atlas

2 commentaires:

eliota7 a dit…

Bonjour,
je suis allée voir le film hier soir et j'ai beaucoup aimé la musique, je suppose que la bo n'est pas encore sortie, je me demande ou je pourrais trouver des renseignements sur les compositeurs afin de profiter de la bo chez moi.

mario scolas a dit…

Merci Wajdi pour ces vidéos, je n'aime pas les perroquet mais ce qui est dit par le réalisateur me semble aussi important.

"La seule image du Monde arabe véhiculée aujourd’hui par les médias occidentaux évoque la guerre, le terrorisme et l’extrémisme religieux. Comme si le Monde arabe s’était déshumanisé, incapable d’échanger et de transmettre sa culture, comme si l’être humain, dans toute sa complexité, n’y avait plus sa place. L’Orient et L’Occident sont deux Mondes, certes, que beaucoup sépare, ou que l’on veut séparer. Ces deux Mondes ont leurs différences, leur culture, leur histoire. A travers les siècles, ces histoires se sont croisées, des échanges et des transmissions de savoir et d’art ont eu lieu. J’ai voulu faire un film où l’humain retrouve sa vraie place au cœur de la problématique identitaire qui préoccupe ces deux Mondes où la transmission soit à la base de toute forme d’échange -apprendre à donner pour mieux recevoir-, où ce qui nous unit et nous désunit, ce n’est plus le terrorisme ou les bombes, mais ce que nous sommes avec nos défauts et nos qualités, et au-delà, notre capacité à les transcender pour mieux nous connaître.La danse peut permettre ce rapprochement. La danse orientale comme danse millénaire, porteuse d’une culture riche, élément primordial d’une civilisation ; la danse orientale, comme danse du ventre, de la procréation, qui a donné naissance à tant de beaux « mouvements ».Quand Ismahan transmet à Lola sa passion pour la danse, quand elle lui parle du « Tarab », cet état extatique si particulier, elle lui donne un peu d’elle-même, de ses craintes, ses souffrances, et de son histoire. Quand Lola transmet à Ismahan sa passion pour la vie, elle la ramène dans un présent fait d’espoirs et lui permet de redécouvrir ce qu’elle avait enfoui de plus beau en elle. Lola et Ismahan nous emmène dabs une histoire simple, la rencontre de deux femmes de cultures différentes dont les destins sont liés". Propos du réalisateur Nabil Ayouch